SAL Hors-série 01

LES ÉCRITURES DU MAL DANS LA LITTÉRATURE LATINO-AMÉRICAINE

AUBES29mars11_Page_01-3-5f544-72481

Journée d’étude du 6 novembre 2010

Université de Paris Ouest Nanterre-La Défense

Sous la direction de Françoise Aubès

Présentation

Nous publions ici les communications présentées lors de la journée du 6 novembre 2010 consacrée à l’écriture du mal dans la littérature latino-américaine. Nous avons souhaité organiser une journée sur la question de l’agrégation « Les écritures du mal dans la littérature latino- américaine » pour différentes raisons: premièrement la problématique du mal intéresse notre groupe de recherche le GRELPP (Littérature, philosophie et psychanalyse) et c’est aussi une façon d’aborder autrement l’étude de trois écrivains (deux grands classiques et un jeune écrivain postmoderne). Le mal est un problème philosophique ontologique qui demande évidemment tout un background pour l’appréhender. Mais ce qui importe c’est d’étudier l’écriture du mal, soit les dispositifs narratifs que les écrivains vont mettre en place pour traiter un problème universel certes mais aussi à recontextualiser dans la société latino-américaine. Le mal chez ces trois écrivains prendra une forme ou des formes diverses ; l’angoissante paranoïa d’un Castel dans El túnel de Ernesto Sábato le poussera à assassiner María ; chez l’écrivain paraguayen Augusto Roa Bastos, le mal aura des causes plus historiques tandis que dans le monde postmoderne du Bolivien Edmundo Paz Soldán le mal et le bien semblent interchangeables à l’image du monde virtuel dans lequel vivent les jeunes personnages de Los vivos y los muertos.

Cette journée par le choix et la diversité des communications permettra d’ouvrir des pistes de réflexion dont on pourra tirer profit à courte échéance (concours) mais aussi à plus long terme pour quiconque travaille sur la littérature latino-américaine.

Françoise Aubès

Contenu

I. Introduction, écrire le mal 

Stéphanie Decante, « Ecritures du Mal ou écriture de la violence? Enjeux d’une ‘vérité par la fenêtre’ ».

II. El túnel de Ernesto Sábato ou les chimères de la folie 

Teresa Orecchia Havas, « Ambiguas topografías del crimen en la narrativa argentina de los años cuarenta: Bianco, Bioy Casares, Sábato ».

Monique Plâa, « La construction du personnage et la représentation du mal dans El túnel de Ernesto Sábato ».

Béatrice Ménard, « Les aveugles et le mal dans l’œuvre romanesque de Ernesto Sábato. Etude comparée de la vision du monde des personnages de Juan Pablo Castel dans El túnel et de Fernando Vidal Olmos dans Sobre héroes y tumbas« .

III. Cuentos completos de Augusto Roa Bastos et le désenchantement du monde

Milagros Ezquerro, « Los orígenes del mal en los cuentos de Augusto Roa Bastos

Françoise Aubès, « Jeux interdits : les enfants et le mal dans Cuentos completos de Roa Bastos ».

IV. Los vivos y los muertos de Edmundo Paz Soldán : une éthique postmoderne

Emmanuelle Sinardet, « Postmoderne et spleen : le mal générationnel dans Los vivos y los muertos (2009) d’Edmundo Paz Soldán ».

Publicités